Problèmes physiques non résolus
Exemple : la flèche du temps

© Thierry PERIAT : Textes, photos et idées

J'ai dit sur la page (Préambule - point B) qu'il n'est plus possible -et pour le moins il ne serait pas raisonnable de le faire- de choisir un sujet d'étude en solitaire. Ainsi, votre directeur, de maîtrise ou de thèse, sera la personne vous conseillant fortement -voire vous imposant- le sujet sur lequel vous devrez focaliser votre attention et vos efforts. Il est bien souvent le résultat de recherches antérieures ou encore en cours par ailleurs. Les raisons de pratiquer de la sorte sont évidentes.

-        Soit il est souhaité apporter une brique de plus dans un édifice plus important. D'une manière générale, les thématiques étudiées vont assez forcément se situer dans la liste des problèmes non résolus dont il est possible de trouver une liste sur Wikipédia (une fois n'est pas coutume : version anglophone).

La GTR2 (Fondations) illustre bien cet état de fait. En effet, la lecture attentive des prérequis de cette approche suffit à démontrer qu’elle fait appel à un concept encore incertain et bien souvent polémique : " la flèche du temps ". Il apparaît ici au travers d'un quatrième vecteur de base auquel je donne finalement la même importance fonctionnelle que les trois autres. Ces derniers, a contrario, font partie du quotidien depuis des siècles et ils se laissent aisément représenter (longueur, largeur et hauteur).

-        Soit le but consiste à vérifier une étude similaire en cours, mais par exemple en utilisant une autre méthode opératoire ; ceci permet de confronter, de comparer et d'affiner les résultats acquis sur un même sujet par diverses équipes. C'est ce qui a été effectué dans l'expérience visant à connaître la vitesse des neutrinos (voir la page dédiée sur ce site.)